Ils parlent de moi

Reliure, ou l’art de redonner vie

Un très joli portrait réalisé par Khanh Phung Doan

« Pendant 12 ans j’ai travaillé dans les Affaires Européennes. J’y ai fait du lobbying, du Conseil Réglementaire aux entreprises et enfin de la Communication institutionnelle au Parlement Européen. Fin 2014, j’avais l’impression d’avoir fait le tour. J’avais accompli tout ce dont je rêvais, y compris le « Graal »: travailler pour une Institution Européenne! Mais de plus en plus je ressentais le besoin de produire quelque chose, ne plus être dans l’abstraction, je rêvais de trouver un métier qui puisse être utile: rendre les gens heureux. Je suis parti du Parlement Européen sans idée de reconversion établie, simplement celle de m’ouvrir à d’autres voies. Par hasard, un ami m’a parlé d’un stage de reliure. J’avais le temps. Ne sachant pas du tout de quoi il s’agissait, je m’y suis inscrit. Pour voir. (….) Un livre, c’est un moyen simple et beau de rendre les gens heureux. On entretient souvent un rapport affectif aux livres, que ce soit à son contenu ou à l’objet, son histoire. Relier un livre, c’est alors aussi lui rendre hommage, lui donner une seconde vie. »

http://www.loeilduphoenix.com/reliure-ou-lart-de-redonner-vie/

Bringing European Together Association, Newsletter Décembre 2017

Lire l’Interview complète

When I worked in the European Parliament, I was really impressed by the involvement, the enthusiasm and the motivation of all participants and organizers during the Model European Union week. For me, it was always a pleasure to collaborate with them in organizing such events. So, when I left the European Parliament, I decided to continue working with them. I’ve been a BETA Member during 2 years, from 2015 until July 2017. (…)

I left the association in July, but I still love people in this association. At the same time, ISCOM proposed me to lecture an « Intercultural Project Management » course. I didn’t want to make a too much theoretical lecture and I thought it could be a good idea to bring something different to these students, that are not familiar with EU politics. I thought this project could be valuable for both parties, for ISCOM students of course, to enable them participate in a European project, get to know people from other countries or background but also, for BETA members to get some kind of “external” viewpoints on their work.

A propos du Model European Union

Iulia Badea Guéritée, journaliste à Presse Europe et Courrier International écrit  « Model European Union, une Europe modèle »

« Cette assemblée-là me semble, d’emblée, plus européenne que la vraie, plus ouverte aux autres, ayant plus d’eurovision, justement. Tout ceci n’est pas de la science-fiction ni une pièce de théâtre. Des rôles oui, il y en a, mais seulement pour une semaine, et faisant suite à une préparation qui dure, en règle générale, 10 mois. Nous sommes à Strasbourg, où, entre le 29 mars et 4 avril, a eu lieu la 8ème édition du Model European Union (MEU). Le concept est simple : pendant une semaine, des jeunes venus de tous les Etats membres, sélectionnés suite à un appel à candidatures, à une motivation écrite en anglais (un choix rigoureux, qui fait que chaque année les participants ne sont jamais les mêmes, mais qui permet à un ancien participant de s’impliquer comme organisateur), endossent les rôles de parlementaires, de ministres, journalistes, interprètes, commissaires, lobbyistes, tout un appareil européen, traitant des sujets en concordance avec l’actualité parlementaire réelle. Cette année, au menu, le TTIP et la réforme sociale. Pour compliquer un peu plus le jeu, chaque participant représente un autre pays que le sien, faisant attention à ce que tout le monde s’y retrouve, et les Farage, et les Marine Le Pen, les autres aussi, les euro-optimistes comme les eurosceptiques.

« C’est un formidable souffle de dynamisme, d’enthousiasme, de motivation, acquiesce Cécile Coyez, administrateur au Bureau d’information du Parlement européen à Strasbourg. Ce n’est pas forcément un autre parlement, car leurs simulations ont toujours des raccourcis, sont souvent plus simples que dans la réalité. Mais tous les participants ont systématiquement un engagement impressionnant et remarquable, qui montre qu’ils veulent participer au débat, que ce soit sur l’Europe ou la vie politique d’une manière générale« .

Magazine Or Norme, avril 2013

 

Extrait d’une journée Euroscola

… pour la petite histoire, cette vidéo est extraite des toutes dernières minutes passées en tant qu’administrateur au Parlement européen. Il est 18h, et je dois clôturer officiellement, devant ces 500 jeunes venus de toute l’Union européenne, la dernière journée Euroscola de 2014. Beaucoup d’émotion pour moi, mais aussi de fierté d’avoir pu assister à ces prises de positions, à ces échanges des jeunes, peut être aussi d’avoir participer un peu au développement de leur citoyenneté ou de leur sens critique.