Non, je n’aime vraiment pas le plagiat. Ce n’est pas uniquement une posture intellectuelle ou une problématique d’éthique professionnelle. Non, cela me choque, me dérange, m’interroge …. alors j’en ai fait un livre, mi satirique mi défouloir

Lire la suite de

Il y a quelques mois, G. me contactait pour me demander de réaliser un album photo sur mesure pour leurs photos de mariage. Ils s’étaient mariés il y a près de douze ans, mais, le format de leurs photos était incompatible avec la plupart des albums que l’on pouvait trouver dans le commerce. Je décidai donc de leur faire un album, à leur goût.

Lire la suite de

Lorsque je commençai la reliure, en 2015, j’appris par hasard que mon grand père avait aussi pratiqué la reliure. Ma grand-mère m’avait alors confié un livre, à peine cousu qu’il n’avait jamais eu le temps de terminer.

Voilà ce que m’avait donné ma grand mère : un livre cousu sur ficelles, des notes manuscrites et les couvertures originales
Lire la suite de

 

Quelle fierté d’apprendre que ce très beau recueil de poésie, publié par Olivier Vossot aux éditions l’Echappée Belle vient d’être primé par la Fondation Labbé pour la Poésie « Prix du Premier Recueil » !

(source photo Fondation pour la Poésie)

Lire la suite de

Il y a 2 ans, mon fils était revenu de l’école, fier de me montrer un tour de magie mathématique : il pouvait deviner n’importe quel nombre auquel je pensais grâce à des cartes ! Je vous propose un livre pop-up basé sur ce tour de magie, qui vous permettra d’impressionner votre entourage par vos qualités de divination !Lire la suite de

Au théâtre, le « quatrième mur » désigne ce « mur » imaginaire séparant la scène des spectateurs et « au travers » duquel ceux-ci voient les acteurs jouer. Mais c’est aussi un livre poignant de  Sorj Chalandon, paru en 2013 qui m’avait bouleversé lorsque je l’ai lu pour la première fois. Dans ce roman, le narrateur, pour respecter la promesse faite à son ami metteur en scène, tente de faire jouer, à Beyrouth en guerre (80s) Antigone de Anouilh. Rassembler ainsi des acteurs des différents groupes ethniques et religieux impliqués dans le conflit, pour un répit de deux heures dans cette guerre. Je n’avais pu m’empêcher de mettre en fond sonore le Requiem de Duruflé, cher à l’auteur et auquel il est fait de nombreuses références tout au long de l’histoire. La musique renforçait alors la puissance des mots, la prolongeait, dans sa tragédie…

J’avais en tête, un jour, de relier Antigone et le Quatrième Mur dans un même livre.

Lire la suite de